Commentaire

13 Décembre 2017

Réactions de la population d’un village d’Ituri sur les réparations dans l’affaire Lubanga

Par admin

Cet article a été préparé par notre partenaire Radio Canal Révélation, une station radio basée à Bunia, en République démocratique du Congo (RDC), dans le cadre d’un projet de radio interactive pour la justice et la paix qui favorise la mise en débat des questions touchant à la justice en RDC. Les vues de la population relayées dans cet article sont celles des personnes interviewées et ne représentent pas forcément les vues de tous les membres de la communauté ni celles des victimes.

14 ans après les faits, des centaines de victimes des crimes commis par Bosco Ntaganda et Thomas Lubanga à Mahagi, dans la Province de l’Ituri au Nord Est de la République Démocratique du Congo, se plaignent du fait qu’elles n’ont toujours reçu de réparations.

« Nous écoutons à la radio, regardons la télévision, et avons des témoignages disant que, un mois après la fin d’une guerre ou d’un conflit, la réparation devait commencer. Mais nous à Mahagi nous n’avons rien bénéficié depuis 14 ans » a dit Louis-Guillaume Uyergiu, le porte- parole des victimes de Ndrele.

Ndrele est un centre commercial dans le territoire de Mahagi, à 160 km au nord de la ville de Bunia. En 2003, ce centre commercial fut occupé par la troupe de l’Union des Patriotes Congolais  de Thomas Lubanga et de Bosco Ntaganda, pourchassant leur ennemi Lendu du Front des Nationalistes et Intégrationnistes.

Plusieurs dizaines de maisons furent alors incendiées, des milliers de personnes déplacées, des centaines de filles et femmes violées ou déportées.

« Ça nous fait mal surtout que nos bourreaux arrêtés à La Haye ont grossi en prison, alors que nous, victimes, maigrissons. Certains d’entre nous sont même morts et ne vont donc plus bénéficier de réparations. Nous avons rempli des formulaires et formulaires sans succès » a-t-il dit.

Plusieurs dizaines de femmes et filles violées par les troupes de Bosco Ntaganda se sont prostitué, affirme une femme travaillant pour l’organisation non-gouvernmentale SOFEPADI (Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégral), qui accompagne les victimes des violences sexuelles en Ituri.

La conséquence, selon ces victimes, est que la population de Mahagi, estimée à près de 3 millions d’habitants s’intéresse de moins en moins à la Cour pénale internationale (CPI) et au Fonds au Profit des Victimes (FPV).

Mais le bureau terrain de la CPI en Ituri parle de l’ignorance des victimes de Ndrele concernant les procédures.

« Les formulaires [de participation et de réparation], c’est la section VPRS [Section de la participation des victimes et des réparations du Greffe de la CPI] qui s’en occupe. Je ai accompagné [le responsable de cette section] deux fois à Ndrele. Il a réuni les gens, a distribué les formulaires, [qui ont été] remplis pour être soumis à l’appréciation des juges» a dit Nicolas Kuyaku, le chargé de sensibilisation et porte-parole de la CPI en Ituri.

Dans le cadre de leur mandat d’assistance, le FPV affirme avoir intervenu à Ndrele.

« Nous demandons le contexte dans lequel les crimes ont été commis. Si ces crimes rentrent dans les critères sous la juridiction de la CPI, et nous avons un projet, on intervient. Nous avons financé la réinsertion socio-économique des ex-enfants soldats, exclusivement dans le territoire de Mahagi [qui regorge Ndrele] dans 6 localités » a dit Bertin Bishikwabo, le Chargé de suivi des projets du FPV sur terrain.

Toutefois le FPV reconnais n’avoir pas intervenu dans le cadre de victimes de viol et violences sexuelles à Mahagi.

« Je demande à la population de se tranquilliser, et qu’elle laisse d’abord les affaires se dérouler à la cour.» a rassuré Nicolas Kuyaku.

Laisser un commentaire